Dossiers

Interdiction des sachets plastiques non biodégradables au Bénin  Les incohérences de la loi Okoudé  -D’évidentes difficultés en vue pour son application  (Le président Talon doit demander une relecture)

Interdiction des sachets plastiques non biodégradables au Bénin Les incohérences de la loi Okoudé -D’évidentes difficultés en vue pour son application (Le président Talon doit demander une relecture)

Dossiers
Votée par l’Assemblée nationale du Bénin, la loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation des sachets plastiques non biodégradables en République du Bénin, se révèle à la lecture un véritable paquet d’incohérences au regard de l’objectif visé par le législateur à savoir protéger l’environnement. Truffée de non-dits qui laissent la porte grandement ouverte à toutes sortes d’interprétations, cette loi promulguer le 27 décembre 2017 par le chef de l’Etat aura énormément de difficultés à être appliquée de façon efficiente. Il faut dire que c’est déjà dans le chapitre 1, portant dispositions générales que cette loi votée par l’Assemblée nationale pose problème. En effet, cette loi
Centre National de Gérontologie de Ouidah : 650 millions Fcfa abandonnés aux herbes et aux reptiles

Centre National de Gérontologie de Ouidah : 650 millions Fcfa abandonnés aux herbes et aux reptiles

Dossiers, Santé
Initié en 2002 par la section Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le projet de Réhabilitation et de transformation de l’ancien hôpital de Ouidah en Centre National de gérontologie douze (12) ans après le lancement des travaux en 2006 peine à prendre fin. Pour ce projet portant sur un montant global de 958.845.750 Fcfa, dont 649.289.019 Fcfa ont déjà été décaissés par le budget national, ni les grognes quasi quotidiennes des populations, ni l’état de délabrement des bâtiments inachevés et abandonnés aux hautes herbes et aux reptiles ne semblent véritablement préoccuper les autorités en charge du projet aujourd’hui à l’arrêt. Sur le site de l’ancienne ambulance de Ouidah retenu depuis 2003 par le ministre de la santé d’alors, Céline Seignon Kandissounon pour abriter l
fr_FRFrench
fr_FRFrench